Etablir les fondements d'un projet d'innovation

Fondement :  base, élément essentiel sur lequel s'appuie tout le reste, principes sur lesquels se fonde un système.
(
www.larousse.fr)

Etablir les fondements d'un projet consiste à récolter des données sur les utilisateurs-cibles, leurs tâches, leurs solutions actuelles, leurs buts, leurs envies ainsi que des données sur l’environnement immédiat d’utilisation du produit, les contraintes techniques et tous les facteurs pouvant impacter l’expérience utilisateur. 

Au-delà des besoins utilisateurs connus ou inconnus, établir les fondements d'un projet consiste aussi à identifier tous les paramètres annexes ayant un impact sur la conception d’un produit avec par exemple, une recherche sur les réglementations applicables, l’identification des process industriels possibles, les contraintes sur l’IP, etc... 

Pour cela, Apsytec s’appuie sur une méthodologie unique reposant sur une longue expérience de la conception de produits innovants. 

Ce travail de prospection va permettre d'identifier les verrous à lever et les solutions possibles, de découvrir des « pépites », de transformer les faiblesses en points forts.
C’est un travail d’exploration et d’investigation qui permet d’étayer et/ou compléter les données marketing, les business plans, etc… 

Ces données peuvent être recueillies par le biais d’interviews, d’ateliers, de questionnaires, d’observations, de recherches documentaires, etc… 


Les recherches sur les fondements du projet sont réalisées lors de la phase 1 "L'Analyse Contextuelle, Exploration"

 

Un rôle essentiel

Les données recueillies sont utilisées comme référence tout au long du projet. 
Elles permettent de constituer une base solide pour une conduite sereine du projet lors de ses différentes phases. 
Elles permettent également la réalisation de l'analyse fonctionnelle ainsi que l'AMDEC produit.


Les thèmes sélectionnés par Apsytec sont présentés ci-contre avec pour chacun d'entre eux une explication de leur impact sur le projet.
La sérendipité est également un point fort de cette méthode.

Elles ne donnent qu'une vision superficielle des travaux qui peuvent être menés. 
N'hésitez pas à nous consulter pour en savoir plus et voir les actions réalisées par le biais d'exemples concrets.

Les usages : répondre aux besoins 

L’objectif est de proposer à de futurs utilisateurs un produit pour qu’il réponde à leurs besoins spécifiques.
L’analyse doit porter sur les besoins primaires auxquels le produit doit répondre. 
Une analyse de l’usage de produits concurrents permet d’évaluer le niveau d’innovation à apporter.

Les émotions :  provoquer le désir 

Suivant le cas et si le marché visé est très concurrentiel, le produit doit dégager une envie, une désirabilité forte pour inciter à l’acte d’achat. Un produit dégageant de fortes émotions peut permettre un prix de vente plus élevé.

Au-delà de la désirabilité, il peut être intéressant d’évaluer les éléments qui peuvent rassurer et/ou convaincre les utilisateurs potentiels.

Ergonomie : faciliter l'usage et la compréhension

Chaque produit doit être défini dans ses proportions et dans ses formes en fonction de l’usage qui en est fait. 

Le niveau de confort (ergonomie physique) et/ou de compréhension (ergonomie cognitive) qui s’en dégage doit être adapté en fonction de l’usage du produit et surtout du profil de l’utilisateur à qui il est destiné. Par exemple : un utilisateur expert aura plus de facilité à comprendre l’usage d’un produit par rapport à un novice mais sera probablement plus exigeant en terme d’ergonomie physique et/ou de performance. 

Nota : le monde étant de plus en plus digital, ce thème permet de traiter également les Interfaces Homme/Machine (IHM) des différents appareils électroniques.

Technologies & Design : solutions et formes possibles

La conception technique doit répondre aux exigences et prérogatives des autres thèmes. 

Au niveau technologie, l'objectif est de déterminer si des solutions connues permettent de répondre aux besoins exprimés via une analyse des produits concurrents ou s'il sera nécessaire d'en élaborer de nouvelles et d'identifier qui sera en mesure de les mettre en œuvre en lien avec le thème "Industrialisation".
Au niveau du design, le futur produit doit avoir une identité propre et/ou répondre à un code stylistique défini pour se démarquer sur le marché.

Business & Distribution : marché visé et mode de commercialisation

La manière dont un produit va être commercialisé peut avoir de fortes conséquences sur sa conception (y compris pour la notice, le packaging, etc...). 

Lors de la commercialisation d’un nouveau produit, le réseau de vente peut avoir des attentes fortes vis-à-vis de la concurrence qui peuvent faire la différence au moment de l’achat mais aussi permettre à ce réseau de pouvoir dégager des marges plus importantes vis-à-vis de produits similaires. 

La maintenance et le SAV, gérés au niveau commercial, peuvent également être abordés. Par exemple : la durée de la garantie, le niveau de réparation possible (indice de réparabilité), etc… 

L’analyse de ce thème doit permettre de déterminer le prix de revient et le prix de vente mais aussi les budgets possibles a allouer au développement.

Les contraintes d’usage : analyser l'environnement d’utilisation

Chaque produit comporte son lot de contraintes liées à l’usage comme le milieu d’utilisation (froid, humidité, salissures, etc…).

Exemple : un ustensile de cuisine en matière plastique doit pouvoir passer logiquement au lave-vaisselle. Dans ce cas, il devra supporter la température, les agents lessiviels, etc… que son usage normal pour lequel il aura été conçu n’impose pas directement. 

Règlementations & Normes : à quoi le produit doit satisfaire

De nombreux produits mis sur le marché doivent être conformes à des réglementations ou à des normes particulières. Suivant la nature de ces dernières, le produit devra être certifié ou homologué suivant des protocoles définis. 

Au-delà des règlements « officiels », ce thème permet d’aborder des contraintes propres à certains domaines comme les exigences sur les transports par exemple.
Il permet également d'identifier très tôt avec quel organisme il faudra travailler pour l’homologation d’un produit.

Propriété Intellectuelle : liberté de conception et possibilité de protection

Ce thème aborde deux aspects concernant l’IP : 

Les solutions envisagées sont-elles libres d’exploitations (brevet dans le domaine public ou solution non protégée) ? 

Les solutions mises en œuvre peuvent-elles être brevetables ?

Pour répondre à ces deux questions, une recherche de brevets dans le domaine concerné est la base de l’analyse pour ce thème. L’analyse de brevets existants peut également être une source d’inspiration pour la conception.

Industrialisation : où, comment et par qui le produit peut être fabriqué

L’identification des industriels possibles est un point important dès le début du projet. L’analyse permet, en fonction du domaine concerné et des solutions possibles, d’identifier si le potentiel d’industrialisation est grand ou au contraire très restreint avec à la clé, des risques importants (délai, coût, etc…).

La fabrication d’un produit peut nécessiter des process particuliers avec des exigences parfois sévères comme la fabrication dans une atmosphère contrôlée ou nécessiter des contrôles rigoureux limitant le nombre d’industriels possibles. 

Les caractéristiques des zones géographiques où sera fabriqué le produit est également à prendre en compte.

A l’inverse, un process industriel connu peut être imposé comme une donnée d’entrée du projet.

Sustainability et RSE : être en phase avec les enjeux environnementaux et sociétaux

Tout au long de son cycle de vie, il peut être nécessaire de déterminer l’impact qu’aura le produit vis-à-vis des préoccupations sociales et environnementales. 

Ce thème permet d’aborder les contraintes de l’écoconception (via une ACV par exemple), définir l’indice de réparabilité et peut avoir des liens forts avec d’autres thèmes comme l’industrialisation, les réglementations & normes et/ou la distribution. Il permet aussi de définir les conditions d’obtention de certifications comme l’Ecolabel Européen ou Solar Impulse par exemple.

Une entreprise qui souhaite pratiquer la RSE va chercher à avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable lorsqu'elle met son produit sur le marché.